Vers l’Église de Milot

Pendant 207 ans l’église de Milot a raconté avec éloquence l’histoire glorieuse de cette « négresse nation ». Élevée par le génie bâtisseur d’Henry 1er, l’unique Roi de toute l’Amérique, cette prestigieuse construction à son tour, a érigé un pan considérable de l’orgueil des gens du nord.

Dans l’enfer des anges comme au paradis des démons, de la terre des nantis au royaume des pauvres, la nouvelle a embrasé les cœurs de tous les noirs. Symbole de fierté, de noblesse, je salue son merveilleux souvenir qui certainement renaitra de ses cendres.

Un pas trop rapide, un raclement de gorge, un claquement de doigts, une voix imprudente, tout était un prétexte pour ses visiteurs voulant sonder en cachette l’écho proverbial toujours fidèle de ce sanctuaire.

Je répétais souvent à mes étudiants : « L’haïtien qui n’a pas eu la chance de visiter l’Église de Milot, le palais de Sans Souci et la Citadelle Henry, mourra de cécité intellectuelle ou de myopie culturelle ». Aujourd’hui que dirai-je ?

Cet incendie a aussi emporté vers le néant une partie de nos vanités nordistes, capoises et haïtiennes.

Puisse la légende du Phénix se cristalliser pour redonner au monde ce patrimoine témoin de l’arrogance des nègres et des négresses d’Ayiti défiant les théories racistes les plus acerbes de leur époque.

E. JEANTY

Suivez-nous sur

Facebook

Bouton retour en haut de la page