A la Une

Port-au-Prince : La capitale haïtienne sous un « Mache prese » la veille du 7 février

Frustration et peur, les rues de Port-au-Prince se désertent à quelques heures du 7 février 2021.

Depuis la fin des années 80 , période de la chute du règne Duvalieriste (Dictature Père /Fils), 7 Février devient une date phare dans l’échiquier de la politique haïtienne. Comme pour nombreux partisans du parti LAVALAS, cette date a marqué l’espoir et rancœur, choses qu’ils en témoignent quotidiennement car dans les trois mandats inachevés du président Jean Bertrand Aristide, 7 Février a fait parler.

Plus des décennies après, la toile politique haïtienne fait actuellement face à un prochain 7 du deuxième mois de l’année, qui pour les hommes de l’opposition selon l’article 134-2 de la constitution marque la fin du quinquennat du président Jovenel Moïse.

La veille de cette date, nos reporters ont sillonné les rues de Delmas, champs-de Mars, Clercine, Tabarre. Toutes les villes de la capitale sont marquées par des circulations folles, les riverains frustrés avec peur au visage s’approvisionnent des produits de première nécessité pour gagner leur demeure avec une vitesse contre la montre, selon quelques passants on parle de couvre-feu. Si comme d’habitude les trottoirs de la capitale sont bourrées de marchands ambulants, depuis 5h on peut compter les vendeurs, regards crispés qui essaient d’épuiser leurs stocks, une situation déjà qui pose panique.
Dans tous les axes habitués à des échauffourées, peut-on constater des policiers de differentes unités de la police nationale d’Haiti (PNH) cagoulés et actifs pour sécuriser les rues.

Si moins de 72 heures du 7 février 2021, le locataire du palais national dans des propos provocateurs réitère son engagement jusqu’au février 2022, et selon lui, est le dernier président transitoire, comment serait la journée du dimanche 7 ?

Le président jettera l’éponge ?
S’il ne tire pas révérence, comment seraient les prochains jours dans le pays ?

Info 4.0

Suivez-nous sur

Facebook

Bouton retour en haut de la page