A la Une

Pont Rouge – Célébration de la mort de Jean-Jacques Dessalines : Le premier ministre Ariel Henry contraint de ne pas procéder à l’offrande florale

Ce dimanche 17 Octobre 2021 est la date commémorant la 215ème de l’assassinat du père de la nation au Pont-Rouge. Tôt ce matin, des bandits armés ont occupé la zone et contraint Ariel Henry à procéder à la coutume d’offrande florale.

Depuis plus d’une décennie, c’est toujours dans un climat de tension que la cérémonie de commémoration de la mort de Jean-Jacques Dessalines est organisée au Pont Rouge, un endroit occupé par des gangs armés qui terrorisent la population vivant dans l’insalubrité extrême.

Ce dimanche 17 Octobre 2021, marquant la 215ème année de l’assassinat de l’empereur Jacques 1er. Il n’a pas connu de cérémonie officielle au lieu de sa tuerie (Pont rouge, rapporte l’historien Thomas Madiou), des bandits armés ont occupé la zone et contraint aux officiels dont le premier ministre Ariel Henry à procéder à la pratique de l’offrande florale sur le monument oublié par l’Etat haitien.

En conséquence, la cérémonie comme pour les précédentes a eu lieu au Musée du Panthéon National Haïtien ( MUPANAH) pour ensuite être continuée dans la commune de Marchand Dessalines pour les suites officielles.

Jean-Jacques Dessalines, le doute de sa mort

Si l’histoire rapporte l’exemplarité de ses prouesses guerrières, la portée de son projet politique tout comme les dessous de sa réforme agraire, les causes de sa mort restent toutefois un mystère, un énigme, qui, selon certains historiens,est difficile à décortiquer. Ce qui fait jusqu’à nos jours certains ignorent l’histoire de l’endroit et la date de sa mort.

Des années ont passé, de plus le 17 octobre perd de son charme. A l’école comme dans les autres secteurs de la vie nationale, tout perd sa beauté. L’idéal dessalinien est souillé par nos dirigeants, qui depuis sa mort, se livrent à une bataille pour le pouvoir et non pour atteindre l’apogée dont nos ancêtres avaient déjà entamé le processus.

Pour rappel, l’assasinat du père de la nation a été le tout premier crime politique qui engendra une longue série depuis 1806 jusqu’à la récente le 7 juillet 2021 et plonge constamment le pays dans des crises socio-politiques inimaginables ou l’impunité devient une loi normale pour la société.

A quand espérons une digne célébration?
La société à travers les universités, les regroupements de jeunes doit en prendre acte.
Prendre acte de nos monuments touristiques que l’État haiten laisse délabré et nos patrimoines laissés au dépourvu de tous .

Comme pour tout fait, cette date du 17 octobre et tant d’autre restera graver dans les annales du peuple haiten mais restera aussi un mythe intéressant car l’Etat est incapable d’en faire lumière.

MassonleDuck

Suivez-nous sur

Facebook

Bouton retour en haut de la page