A la Une

La crise politique actuelle échappe au contrôle du pouvoir en place, Jean-Daniel ESTAPHAT questionne le président

L’insécurité actuelle qui règne dans le pays s’augmente au jour le jour plongeant tout le monde dans une terreur grandissante. Monsieur le président presque toutes les couches de la société sont touchées (pour ne pas dire toutes les couches). Les élèves, les étudiants, les professeurs, les “ti machann”, les hommes d’affaires ne sont pas épargnés. Le pouvoir en place, en l’occurrence votre gouvernement monsieur le président, n’a jamais raté d’occasion de promettre à la population que la sécurité sur tout le territoire serait rétablie, que les gangs opérant dans les quartiers populaires seraient mis hors d’état de nuire. Promesse non-tenue puisque jusqu’à présent ces discours sont comme de l’huile jetée sur du feu.

D’où vient cette terrifiante crise d’insécurité monsieur qui depuis bien des temps, il y a des zones de la capitale et des provinces qui sont contrôlés par des caïds qui agissent en maître et seigneur? Leurs pouvoirs s’accroissent avec le temps, chaque jour ils sont de plus en plus armés. 

Monsieur le locataire du palais national d’où proviennent ces armes?

Ces hommes ou victimes du système comme certains les appellent n’ont pas la capacité et le pouvoir requis pour faire rentrer des armes sur le territoire en plus ils ne peuvent se ravitailler eux-seuls en munitions. On peut tous en déduire l’origine des armes.

Une opération dénommée “Terminator 1” a été lancée, zéro tolérance fut le slogan de cette opération. Où en est-on monsieur le Président?
Les problèmes ne font qu’augmenter, plus de sang sont versé depuis lors, est-ce que c’est le résultat escompté Monsieur?

Qu’avez-vous fait de notre appareil judiciaire son excellence?

Maître Monferrier Dorval est assassiné à quelques mètres de chez vous, un crime de plus qui restera impuni. Jusqu’à quand le pouvoir judiciaire retrouvera-t-il son autonomie?

Les élèves des différents lycées qui regagnent les rues dénonçant la non présence des professeurs dans les salles, quels genres d’intellectuels voulez-vous qu’ils deviennent dans un tel système éducatif critiqué à tort et à travers monsieur Jovenel?

Président pensez-vous que le climat est vraiment approprié à l’organisation des élections que presque tous rejettent bien qu’on vous l’a ordonnée?

Jean-Daniel ESTAPHAT

Suivez-nous sur

Facebook

Bouton retour en haut de la page