Haïti : Quand Péguy Jean recadre le Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique (MJSP), Rockfeller Vincent

Peguy Jean, Coordonnateur de l’Unité de Communication du MJSP, s’est vu transféré de son poste tout de suite après son tweet dans lequel il déclare que le congrès américain aurait demandé son opinion à un ex-sénateur haïtien, Me Renold Georges.

“Le Congrès américain vient de demander à un ancien Constituant et ex-Sénateur haïtien son opinion sur la date effective de la fin du mandat de Jovenel Moïse. Cet éclairage juridique devra être notarié et acheminé au Congrès américain dans les prochains jours” a tweeté l’avocat Péguy Jean.

Tout de suite après la diffusion de cette information, dit-il, qu’il est apte de faire tout en évoquant l’un des droits fondamentaux, celui de la liberté d’expression, le ministre Rockefeller a rendu public son transfert.

Le jeune n’a pas entendu longtemps pour manifester ses ressentis face à la décision du ministre de la justice.
“Monsieur le Ministre, en ma qualité d’avocat, je sais pertinemment que le transfert d’un fonctionnaire constitue un acte légal répondant aux besoins réels de l’Administration. Cependant, ma clairvoyance me permet de faire le distinguo entre un acte pris dans l’intérêt de l’Administration et un acte de représailles. Il ne fait aucun doute que vous avez été motivé par le 2e cas” a laissé entendre Me Jean.

“Il serait primaire de vous apprendre que la liberté d’expression en Haïti est garantie par la Constitution qui, en son article 28, stipule: “Tout haïtien a le droit d’exprimer librement ses opinions, en toute matière, par la voie qu’il choisit”, poursuit-il.

Où sont passées les valeurs démocratiques, la tolérance, la liberté d’expression, les droits humains? Selon le journaliste-avocat, ce sont tous ces fondements qui ont été bafoués pour aboutir à son transfert. C’est un acte de représailles que lui a fait subi le ministre, d’où la raison de sa démission.

Info 4.0

Suivez-nous sur

Facebook