A la Une

Haïti-Justice : Entre banditisme et injustice, quel est le vrai travail des organisations des droits humains?

A part des rapports d’enquêtes, les organisations des droits humains en Haïti sont aussi spectateurs des violations.

Souvent décriées par des particuliers, elles sont beaucoup en Haïti des organisations qui travaillent pour le respect des droits civils. En outre, ces structures : « RNDDH, SOFA, POHDH, MODELA, CARDH » pour ne citer que ceux la, ce sont des organisations de promotion et de défense des droits humains qui ont pour mission de rendre compte des questions relatives aux droits humains en vue de renforcer la capacité de la société civile à défendre ses droits suit également les actions des principales institutions de l’État au regard de leurs obligations en matière de protection des droits humains et de défense de l’État de droit. Malheureusement, il semblerait que ces structures dans un pays comme Haïti n’accomplissent pas réellement le travail temps attendu. Certes, comme d’habitude le RNDDH fait son possible en donnant souvent des rapports sur les faits saillants du pays et tire la sonnette d’alarme pour pallier au danger à venir, la grande question reste à poser , Est-ce assez?

Pendant que le pays traverse des nuages noirs, de grands problèmes socio-politiques engendrent la misère, l’injustice et sévit l’insécurité pendant plus des décennies. Y-a-t’il un justicier?, y-a t’il des personnes, de personnalités dont leur droit ont été violemment fretter, qu’à travers ces structures non gouvernementales qui beaucoup des membres sont des affiliés de parti politique, ont trouvé justice et réparation? Des questions sans réponses que nombreux d’entre nous souhaitent un revirement de la réalité.

Depuis quelques temps, parlant d’Haïti c’est faire référence à un pays ou la criminalité, l’injustice vivent au quotidien du citoyen dépourvu de toute structure normale que l’État devrait mettre en place pour le respect de ces concitoyens. Sur les réseaux sociaux, c’est une Haïti sanglante, des vidéos circulent en boucles affiches clairement des individus lynchés par des hommes armés. Policier, élèves, docteurs, journaliste, avocat, professeur, businessman, et fonctionnaire, tous sont victimes d’une manière ou d’une autre. Comme pour aujourd’hui des corps des agents des forces de l’ordre souillés par des gangs lourdement armés au village de Dieu, au yeux de toutes ces structures de droits humains, quel serait leur travail, sinon de déplorer les forfaits ?

A noter dans le charte des nations unies pour les droits de l’homme, nombreuses sont des actions accessibles à toutes structures de droit humain.

Agir aux niveaux local, national, régional et international

La majorité des défenseurs des droits humains travaillent au niveau local ou national, en vue de promouvoir le respect des droits de l’homme dans leur propre communauté ou pays. Leurs principaux interlocuteurs sont alors les autorités locales chargées d’assurer le respect des droits de l’homme dans la province ou l’ensemble du pays. Certains défenseurs travaillent quant à eux au niveau régional ou international et surveillent, par exemple, la situation des droits de l’homme dans une région ou dans le monde et communiquent des informations aux mécanismes régionaux ou internationaux des droits de l’homme, tels que les Rapporteurs spéciaux du Conseil des droits de l’homme de l’ONU ou les organes conventionnels de l’ONU.

Recueillir et diffuser des informations sur les violations des droits de l’homme

Les défenseurs des droits humains enquêtent sur les violations, recueillent des informations et les communiquent. Ils peuvent, par exemple, mener des actions pour mobiliser le public et les principaux acteurs de la scène politique et judiciaire afin de s’assurer qu’une suite est donnée à leur travail d’enquête et qu’une réponse est apportée aux violations. Ce travail est le plus souvent réalisé par des organisations de défense des droits de l’homme, qui font connaître leurs constatations en publiant régulièrement des rapports, mais il arrive qu’un particulier rassemble et diffuse des informations relatives à un cas spécifique.

Aider les victimes de violations des droits de l’homme

L’essentiel de l’activité des défenseurs des droits humains consiste à aider les personnes dont les droits ont été violés. En enquêtant sur les violations et en les signalant, ils peuvent contribuer à y mettre un terme, à empêcher qu’elles ne se reproduisent et à assister les victimes devant les tribunaux. Certains défenseurs des droits humains offrent une assistance juridique aux victimes et les représentent en justice, d’autres les conseillent et les aident à se réadapter.

Agir pour défendre le principe de responsabilité et mettre fin à l’impunité

De nombreux défenseurs des droits humains s’efforcent de défendre le principe de responsabilité en matière d’application des normes juridiques relatives à ces droits. De manière générale, il peut s’agir d’exercer une pression sur les autorités et d’exhorter l’État à intensifier ses efforts en vue de s’acquitter des obligations internationales en matière de droits de l’homme qu’il a contractées en ratifiant des instruments internationaux.

Plus spécifiquement, l’importance qu’ils attachent à la responsabilisation peut conduire les défenseurs des droits humains à témoigner, que ce soit publiquement (dans un journal, par exemple) ou devant une cour ou un tribunal, de violations des droits de l’homme qui ont déjà été commises. De cette manière, ils aident les victimes à obtenir justice et contribuent à mettre un terme aux situations d’impunité, empêchant ainsi de nouvelles violations. Un grand nombre de défenseurs se consacrent exclusivement à la lutte contre l’impunité, souvent par l’intermédiaire d’organisations créées à cette fin. Les mêmes groupes de défenseurs peuvent aussi s’attacher à renforcer la capacité de l’État de traduire en justice les auteurs de violations, par exemple en dispensant aux procureurs, juges et policiers une formation dans le domaine des droits de l’homme.

S’engager en faveur d’une meilleure gouvernance et d’une meilleure politique

Certains défenseurs des droits humains s’efforcent essentiellement d’encourager un gouvernement dans son ensemble à s’acquitter de ses obligations en matière de droits de l’homme, par exemple en publiant des informations sur ses antécédents en la matière et en surveillant les progrès accomplis. D’autres insistent sur la bonne gouvernance, préconisant la démocratisation et la lutte contre la corruption et l’abus de pouvoir, et expliquant à la population comment voter et pourquoi il est important de participer aux élections.

En Haïti, selon la clameur publique la réalité paraît si différente, malgré leur faible apport, le droit de l’homme continue d’être bafoué et piétiné dans une société democratique.

MassonleDuck

Suivez-nous sur

Facebook

Bouton retour en haut de la page