A la Une

Haïti-Droits Humains : Jacques Innocent et Joël Pierre réclament justice pour le photojournaliste Vladjymir Legagneur

Près de deux ans après la disparition du photojournaliste Vladjymir Legagneur, la justice Haïtienne n’est en mesure de fournir aucune explication via un résultat d’enquête. Deux après, l’affaire traîne au cabinet d’instruction et à la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ). Le magistrat instructeur Jean Wilner Morin engagé sur le dossier n’a jusqu’ici rendu son ordonnance.

Deux ans après, le Regroupement des Journalistes Reporters Locaux se plaint de la lenteur et également du laxisme des autorités. Démontrant clairement qu’elles n’ont aucune volonté et détermination à mener une enquête sérieuse, les autorités judiciaires et policières ont choisit de s’abstenir au lieu de continuer à approfondir l’enquête enclenchée en vue de recueillir certaines informations sur la disparition du journaliste qui a été dépêché à Grand Ravine dans le cadre d’un reportage sur la situation des résidents de ce quartier situé en plein coeur de Martissant, à l’entrée Sud de la capitale Haïtienne. Malgré les efforts déployés par les organisations et acteurs de la société civile Haïtienne, aucun résultat n’a été trouvé.

À quelques semaines de la date rappelant cette bizarre disparition qui avait suscité bien des remous au sein de la la société haïtienne, plus particulièrement dans le milieu des médias, le coordonnateur Général du Regroupement des Journalistes Reporters Locaux Jacques Innocent et Joël Pierre Porte Parole de la Ligue Haïtienne pour la Promotion et le Respect des Droits Humains tirent la sonnette d’alarme et demandent à la DCPJ ainsi qu’au cabinet d’instruction le résultat de l’enquête et le test ADN pouvant clairement démontré que les ossements du photojournaliste aurait été retrouvé à Grand Ravine comme voulait le faire croire le porte parole de la PNH lors d’une série de conférence de presse.

14 Mars 2018-14 Mars 2020, deux après, toute la corporation des journalistes se trouve consternée et plongée dans une profonde réflexion sur l’avenir des travailleurs de la presse, notamment les journalistes qui continuent à réclamer justice pour leur confrère âgé seulement d’une trentaine d’année.

Près de deux ans après le RJRL, la Ligue Haïtienne pour la Promotion et Le Respect des Droits Humains, les parents et proches de Vladjymir Legagneur ont du mal à accepter cette perte énorme.

Voulant revenir sur les instructions du Magistrat instructeur, Jacques Innocent et Joël Pierre respectivement coordonnateur du Regroupement des Journalistes Reporters Locaux RJRL et Porte Parole de LIHPRORDH ont par ailleurs déploré le comportement de l’ancien député de la troisième circonscription de Port-au-Prince, Printemps Belizaire qui avait bourdé à plusieurs reprises l’invitation du juge Jean Wilner Morin qui, dans le cadre de son instruction, a eu le temps d’interroger la Femme du disparu, Fleurette Guerrier Legagneur et trois autres individus soupçonnés.

Ainsi, les deux journalistes et défenseur de droit de l’homme critiquent avec la dernière rigueur les autorités qui n’ont ménagé aucun effort afin de pallier le phénomène d’insécurité qui s’étend de plus en plus sur le territoire national, plus précisément sur la région métropolitaine de Port-au-Prince, en proie à des actes de banditisme.

“Nous voulons le résultat de l’enquête sur la disparition de Vladjymir Légagneur”, précisent-ils chacun dans une note respective acheminée à notre rédaction. Plus loin, ils affirment que le pouvoir en place ne doit pas minimiser le dossier.

Il faut souligner au passage que le RJRL et la LIHPRORDRH annoncent toute une série d’activité en vue de commémorer les deux années marquant la disparition du Photojournaliste Journaliste Vladjymir Légagneur.

HCI

Suivez-nous sur

Facebook

Bouton retour en haut de la page