A la Une

Haïti-Corruption : À quand l’avènement des dirigeants responsables au sommet de l’État ?

Depuis les postes directrices telle que la Loterie de l’Etat Haitien  passant à celles des ministères pour arriver à la magistrature suprême, l’Etat haitien en attente des dirigeants conséquents.

Plus de 4 mois, depuis la tempête dévastatrice de la corruption secoue la loterie de l’État haïtien (LEH). Margarette Fortuné, une directrice décriée par la majorité du personnel de cette dite institution, jusqu’à date l’Etat haitien n’a pris aucune mesure pour éradiquer ce phénomène dans le bureau gérant les affaires de loterie et de jeu en ligne.

Durant cette période de crise, les employés de l’institution ont conjugué leur effort pour exiger les autorités compétentes à faire face à leurs responsabilités, mais les démarches sont vaines.

Une fois de plus, l’administration Moïse-Jouthe montre son attachement indéfectible à tous ceux et à toutes celles qui sont réprimandés par la morale publique.

En dépit du rapport accablant de l’ICREF sanctionnant la gestion catastrophique de Mme Fortuné, le gouvernement continue  à supporter inconditionnellement la Directrice Générale a constaté avec regret Mr Eliscar le secrétaire général du syndicat des employés de l’institution.

Alors que les autorités font la sourde oreille, les employés victimes la mauvaise gestion de la directrice, avec le support du syndicat de la Loterie de l’Etat Hatien continuent de démontrer leur insatisfaction vis à vis de la gestion de Mme Fortuné laquelle est loin d’avoir l’étoffe adéquate pour faire revenir le calme et l’harmonie au sein de l’institution. Deux journées de grève se sont succédé, ce qui a complètement paralysé les activités de l’institution.

Par conséquent, Margarette Fortuné a longtemps perdu le contrôle de l’administration pour laquelle elle a été nommée et ne peut pleinement jouir de son pouvoir de convocation. C’est une institution sans gouvernail, elle est à la dérive et peut à n’importe quel instant imploser.

En outre, le chaos peut être évité si et seulement si les responsables de l’Etat se donnent la tâche de se pencher de manière urgente sur le sort de la loterie haïtienne,  autrement celle-ci viendra alourdir la liste des institutions publiques dont le fonctionnement au rabais est monnaie courante. Cette crise perdure trop ; elle fragilise les institutions publiques avec lesquelles la LEH entretient des rapports de travail.

Le manque d’intérêt de l’administration centrale constitue, une fois de trop, la preuve que nul ne s’engage pleinement à prendre ses responsabilités lorsqu’il y a péril en la demeure.

Si on écarte les paris traditionnels (Borlette) les jeux en ligne se multiplient en Haïti, aucun dispositif n’a été pris pour contrôler les amateurs, s’ils sont mineurs ou pas, une situation semblant ne pas à l’intérêt de l’administration.

Une institution depuis plus de 5 ans est à la merci de Mme Fortuné, incompétente et irresponsable.

Au cas où les concernés ne remédient pas à cette conjoncture, on en saura les conséquences à la présentation d’un nouvel épisode qui peut s’avérer critique.

Info 4.0

Suivez-nous sur

Facebook

Bouton retour en haut de la page