A la Une

Haïti-Banditisme : Entre le Pouvoir et l’Opposition, qui est le vrai fournisseur des gangs armés?

Depuis cela quelques temps, Haïti fait face à une recrudescence énorme de l’insécurité. Les groupes de gangs se multiplient à Port-au-Prince et en province. Selon un rapport de la Commission Nationale de Désarmement, Démantèlement et de Réinsertion (CNDDR), 76 groupes de gangs armés sont répartis sur l’étendue du territoire national. 

Imposant souvent leur loi sur des routes nationales, les groupes armés sont très fréquents dans les villes de province ainsi qu’à Port-au-Prince. Ces derniers jours, on assiste à une augmentation sans limite d’actes de criminalité, de cas de kidnapping et beaucoup d’actes d’assassinats qui ont été commis principalement dans des zones avoisinantes de la Capitale.

Ces 76 gangs armés, d’où viennent leurs armes et munitions ?

Selon un membre du Gouvernement démissionnaire, au moins trois groupes gangs sont gérés par le Pouvoir et les autres sont contrôlés par des parlementaires de l’Opposition dont leur mandat a pris fin depuis le 13 janvier 2020.

Sur cette déclaration du membre du Gouvernement démissionnaire, peut-on dire que l’Opposition et le Pouvoir sont tous deux responsables de la montée de l’insécurité dans le pays?

Cela fait déjà quelques semaines depuis que le Directeur Général a.i. de la Police Nationale d’Haïti (PNH), Normil Rameau, a lancé une opération baptisée “Toile d’araignée” afin de mettre la main au collet des bandits armés qui sèment la terreur au sein de la société. Dans le cadre de cette opération, un présumé chef de gang très connu sous le nom de “Kilikou” a été arrêté à la Savane, un petit quartier de la ville des Cayes.

Ce présumé chef de gang (Kilikou), auteur d’un tube musical, qui, selon une source de notre média, est très connu dans la ville des Cayes, a été apparu dans un reportage réalisé par “Ted Actu”, un média de la Capitale. Dans la séquence, on pourrait entendre le présumé chef de gang accompagné de ses soldats tous bien cagoulés qui chantaient la chanson avant de s’adresser aux dirigeants de l’Opposition qui, selon eux, devraient leur envoyer beaucoup plus de munitions pour continuer à mener la lutte pour renverser le Pouvoir en place.

Les foyers de gangs se multiplient à Port-au-Prince et en province. Les noms de plusieurs hommes politiques proches du Pouvoir et de l’Opposition sont cités comme des fournisseurs des bandits armés, mais aucune poursuite judiciaire n’a été lancée contre des anciens parlementaires proches du Pouvoir ni contre ceux de l’Opposition qui sont tous présumés complices des gangs lourdement armés du pays.

Haïti ne produit pas d’armes. Les bandits armés n’ont pas de travail et ne sont pas des chefs d’entreprise, comment pourraient-ils s’approvisionner en munitions? Qui alimente les gangs armés?

 

 

 

Jhon Marc Steeven Thelusma 

Suivez-nous sur

Facebook

Bouton retour en haut de la page