A la Une

Haïti : Assassinat du président de la République, est-ce le prix à payer pour sauver le peuple !

24h déjà depuis l’assassinat du Président Jovenel Moïse et on dirait que le temps s’est arrêté depuis ce 7 juillet 2021. On est encore figé devant ce sombre tableau qui se transforme en cerise sur le gâteau des cadavres que nous produisons chaque jour.

Ayiti, si et seulement si ces sangs versés pourraient changer le destin du pays et alléger le sort du peuple ! Nous portons tous le poids de ces crimes sur nos consciences comme si on était chacun coupable ! Et je sais que vous en êtes conscient, nous sommes chacun conscient.

La malédiction enveloppe le pays. La haine, l’avarice, la traîtrise, l’ambition, la cruauté et tous les vices émanant des plus bas instincts de l’humanité, voici ce qui nourrit la pensée de la majeure partie des individus vivant sur ce sol.

C’est la conscience collective qui est à genou en ce moment. Quel haïtien au monde se sent heureux en ce moment, même s’il ne vit pas dans le pays ?

En vérité, en vérité, je vous le dis, nous sommes allés trop loin et beaucoup trop loin ! Nous sommes arrivés à la limite, je suppose. Nous devons absolument faire demi tour, et arrêter ce bain de sang. Les ténèbres nous engloutissent.

Du fond de mon silence et de mon amertume pour Ayiti, en tant que fils de la Lumière, j’interpelle et j’invoque tous les génies et tous les Guerriers de la LUMIÈRE partout où ils puissent être dans le Cosmos, de nous venir en aide. Nous sommes en danger ! J’implore le G.A.D.L.U d’avoir pitié du peuple haïtien, car je suis né dans ce pays, j’y ai grandi, je suis devenu un homme ici, j’y ai passé toute ma vie, mais toujours est-il, jusqu’à présent je ne vois pas le pourquoi de tout cela.

Mais si malgré tout, nous faisons la sourde-oreille et nous nous engageons à accélérer dans la même direction, qu’ait lieu ce qui doit advenir ! Nul par ses inquiétudes ne peut ni ajouter ni enlever un Yota à tout ce qui doit arriver, dixit Jesouha.

J’ai dit !
Stevens Grégor Gabriel, dit L’Archange. :
“Vir bonus dicendi peritus”

Suivez-nous sur

Facebook

Bouton retour en haut de la page